Pour sa deuxième épreuve terre de sa saison mais également de sa carrière sur terre, Florian Bernardi a fait preuve d’une grande maturité en évitant les très nombreux pièges pour terminer au pied du podium.

Particulièrement éprouvante pour les hommes et les machines, le Cyprus Rally, cinquième épreuve de la saison FIA ERC du pilote Vauclusien n’a pas failli à sa réputation. Entre piste cassante et chaleur accablante, le pilote de la Renault Clio déclare « Même si on nous avait prévenu que cette épreuve serait une véritable course d’endurance, on en prend réellement la mesure quand on se retrouve derrière le volant sur ces spéciales très sinueuses et très cassantes […] C’est totalement différent de ce que nous avons rencontré en Pologne, beaucoup plus de dégradation et de parties vraiment très cassantes […] La fiabilité de la Renault Clio et la robustesse de nos pneus Michelin ont vraiment été des alliées durant tout ce week-end ».

Sportivement, le duo Bernardi Bellotto part prudemment dans la première boucle du samedi mais ils réussissent à hausser le rythme dans la suivante « Lors de la première boucle, nous avons eu du mal à trouver le bon rythme dans les parties sinueuses, le feeling était mieux dans les parties plus rapides […] L’après midi, nous signons dès la première spéciale de la boucle un troisième meilleur temps en FIA ERC-3, mais un petit contact avec un rocher chypriote dans la spéciale suivante nous impose un changement de train arrière à l’assistance du soir. Cette partie de mécanique à été parfaitement réalisée par FA Compétition et son équipe, ce qui nous permet de rentrer dans les délais au parc fermé avec une voiture opérationnelle pour le lendemain. ».

Le dimanche, la première boucle fut difficile suite à de mauvais choix de réglages « Mon manque d’expérience de la terre m’a fait partir dans une direction qui ne s’est malheureusement pas révélée payante. Nous sommes revenus à quelque chose de plus conventionnel pour les trois dernières spéciales et nous avons considérablement gagné du temps même si à cause de faits de course, ils ne sont pas révélateurs (Coincé dans la poussière d’un conçurent en difficulté et crevaison ndlr) ». C’est finalement en 4ème position que Florian Bernardi, Victor Bellotto et la Renault Clio franchissent l’arrivée du deuxième rallye terre de la saison et de la carrière du pilote Vauclusien « C’est déjà très positif de terminer ce rallye si exigeant et par la même occasion de terminer notre 5ème rallye cette saison en autant de départs […] Un grand merci à mes sponsors qui me permettent de vivre des moments inoubliables sur des rallyes mythiques, merci à toute mon équipe et à mes fans qui ne sont pas avares d’encouragements […] Pour la suite de la saison, le titre FIA ERC-3 n’est maintenant plus à notre portée, nous réfléchissons avec l’équipe à l’intérêt sportif par rapport aux contraintes financières de participer à la dernière manche de la saison en Hongrie. Je ne manquerai pas de vous tenir informés dès que notre décision sera prise. ».